indicateurs-urbains

ICCCASU II

 

iccasulogo

Emission Le Citadin

Emission Le Citadin

Webmail-MINHDU

Intranet (Personnel)

La lutte contre la pauvreté
Réduire le fléau dans les grandes villes PDF Imprimer Envoyer
Sous l’effet conjugué de l’urbanisation accélérée du cours des deux dernières décennies, notamment du fait de l’exode rural et de la crise économique les villes camerounaises,  particulièrement les plus  grandes d’entre elles se trouvent confrontées à des  phénomènes tels que la prolifération de l’habitat spontané et insalubre et L’insécurité. Manifestations de la pauvreté. Ces problèmes se trouvent aggravés par la montée du  chômage et le sous-emploi des jeunes. La pauvreté en milieu urbain est  d’ailleurs visible à travers la dégradation de la quasitotalité des infrastructures d’assainissement , incapables d’assurer les conditions d’hygiènes des populations urbaines. Des  raisons sont d ‘une part la vétusté des infrastructures ainsi  que celle des dispositifs de  drainage des eaux pluviales et  usées, d’autre part la quasi absence d’entretien de se réseau.

L’amélioration du cadre et de la  qualité de la vie constitue une  préoccupation constaté et de  longue date des pouvoirs publics. Entamées en 1986 les études pour l’assainissement de la ville de Yaoundé s’achèvent  en juillet 1996.  Dans sa démarche le gouvernement  du  Cameroun adresse à la banque Africaine de Développement une  requête d’utilisation du mécanisme de financement de la préparation des projets pour la réalisation des études additionnelles afin de  permettre une bonne définition d’un projet d’assainissement de la ville de Yaoundé.

Parallèlement la banque a identité en collaboration avec le Gouvernement un  programme de réduction de la pauvreté en milieu urbain dont les ressources sont programmées dans le  cadre du fond Africain de Développement (FADIX) Placé sous supervision du Ministre, ce vaste programme de réduction de la pauvreté combine à la  fois les conclusions des études en matières d ‘assainissement de la ville de  Yaoundé mentionnées  précédemment et d’autres activités de réhabilitation ou construction des infrastructures communautaires de base ainsi  que des  interventions en matière de micro-crédit. La stratégie d’interventions de ce programme se era à travers des travaux à haute intensité de main -d’œuvre(HIMO) qui sont générateurs d’emplois productifs et distributeurs de revenus.

L’objectif global du programme est l’amélioration des conditions de  vie  des populations des trois villes Yaoundé, Douala, Sangmélima et de six centres urbains secondaires, plus particulièrement des populations habitant les zones pauvres.
Les objectifs spécifiques du programme sont :

  • l’évaluation des eaux pluviales et usées ainsi que des déchets solides ;
  • la mise en œuvre des mesures de mitigation des effets environnementaux  négatifs ;
  • la mise en place d’un cadre  institutionnel performant et viable ;
  • la  réhabilitation  des infrastructures communautaires de base prioritaires (centres de santé et écoles).


Les principales composantes  du projet qui en résulteront devront s’articuler comme suit :

   1. recalibrage des collecte des eaux pluviales (Yaoundé),
   2. curage des collecteurs (Yaoundé),
   3. travaux d’AEP des populations urbaines dans les sept centres secondaires,
   4. réhabilitation des infrastructures sanitaires, sociales et socio-économiques (marchés)
   5. protection et  valorisation de l’environnement par l’aménagement du lac municipal de Yaoundé.

La réalisation du projet induira au niveau du domaine public une amélioration du trafic piétonnier et automobile avec  tous les avantages liés au gaint du temps d’activités, à la suppression des dépenses de  réhabilitation de la voirie et des édifices après les inondations et au meilleur  fonctionnement des marchés et commerces.

La suppressions des inondations contribuera à la valorisation des terrains et propriétés situés dans la zone du projet. Enfin,  l’amélioration de l’état  sanitaire de la population liée à la réduction des malades d’origine hydrique constitue une justification sociale primordiale.
La mitigation des effets négatifs sur l’environnement permettra d’obtenir de meilleurs avantages liés à ce projet. La première phase de ce programme qui concernais la remise en conformité du lit de la rivière Mfoundi  de la poste centrale à l’usine des brasseries du Cameroun a entraîné la fin des inondations à la place Ahmadou Ahidjo. Ou sont installés plusieurs commerces.

Le programme va se poursuivre en 2005 avec la mise en place d’interventions prioritaires en matière d’assainissement dans les villes de Yaoundé, de Douala ainsi que six centre  secondaires.  Le programme comprend les composantes suivantes :
A.développement des infrastructures de base
B.protection et valorisation de l’environnement
C.renforcement des capacités gestion du programme.

Ces objectifs peuvent être atteints à travers certaines réalisations comme :
  • recalibrage du canal Mfoundi aval sur une distante de 26 kilomètres ;
  • réhabilitation/construction de 17 infrastructures secondaires ;
  • adduction d’eau potable et assainissement au niveau de six centres  secondaires ;
  • assainissement des déchets solides liquides dans 6 centres secondaires ;
  • protection et valorisation de l’environnement au niveau du lac municipal  de Yaoundé ;
  • le renforcement des capacités( formation et équipement ) l’information l’éducation et la communication en matière d’assainissement et d’eau potable.
 


Videothèque

Usagers

Vente des logements

logementsocio-2015

Sondage

Parmi les problèmes suivants, lequel vous préoccupe prioritairement
 

Statistiques

Pages vues : 2104604